La Galerie du CCFM

Françoise Ségard – Perspective survolée // A bird’s Eye View

Du 24 mai au 2 août

La galerie d’arts visuels du Centre culturel franco-manitobain accueillera du 24 mai au 2 août l’exposition Perspective Survolée – A Bird’s Eye View, de Françoise Ségard.

À partir de dessins et de peinture à l’encaustique (cire d’abeille et pigments), l’artiste de Montréal crée des œuvres semblables à des cartographies imaginaires, à observer sous tous les angles pour mieux en saisir les nuances.

À l’heure où la technologie permet d’observer la terre depuis le ciel en tout temps (Google Earth, GPS, drones), que voit-on vraiment lorsqu’on regarde la terre d’en haut? Et que voit-on lorsqu’on s’en rapproche?

Avec des installations au sol et au mur, Perspective survolée apporte une réflexion sur les différentes manières de se représenter un territoire, entité à la fois abstraite et vivante.


Herménégilde Chiasson

Exposition du 15 mars au 18 mai

Transparenc(i)es est une exposition née d’un travail sur l’idée de produire des traces en utilisant plusieurs dessins sur une même surface, les empilant un peu à la manière des graffitis afin de créer une texture ou un palimpseste sur plusieurs couches en vue de produire une sorte d’archéologie du procédé créatif.

Ces dessins sont de grands formats, pour ce type de production, et ils se détachent un peu comme des fresques sur la fragilité du papier réclamant l’autonomie d’une forme d’art qui, traditionnellement, était vouée à la préparation d’œuvres plus majeures et plus définies.

En tant qu’écrivain/artiste visuel, le dessin me convient particulièrement bien puisque les instruments qu’il utilise sont les mêmes que ceux de l’écriture.

Cette exposition rassemble plusieurs dessins qui établissent un dialogue à travers les transparences de leur surimposition.

Le médium utilisé ici est celui des pastels mous, une technique ancienne qui de nos jours peut paraître dépassée, mais qui, dans le cas de ce projet, prend toute sa signification, nous réconciliant avec la manière complexe de rallier diverses dimensions dans le but de laisser des traces linéaires.

Le dessin est sans aucun doute, comme la voix, un médium dont la disponibilité pratique et commune nous permet de prendre des notes sur une petite ou une grande échelle.

À une époque où nous sommes envahis de moyens autrement plus efficaces dans la production des images, le dessin apparaît comme une entreprise poétique et approximative, nous réconciliant avec une manière intense de regarder et de traduire en lignes le monde autour de nous.

Pour plus d’info