Émergence d’intrusion

emergence d'intrusion

ÉMERGENCE D’INTRUSION 

Artiste : Barbara Safran de Niverville

Du 3 mars au 12 mai 2016

Vernissage le jeudi 3 mars dès 17 h

Dans la Galerie du CCFM, gratuit

 

INTRODUCTION : ÉMERGENCE D’INTRUSION

Les microcosmes naturels sont une métaphore de l’intervention humaine dans un habitat naturel; elles révèlent la tension entre les notions de beauté et de déclin.  Les chardons secs deviennent des arabesques dont les toiles signalent le déclin graduel d’un environnement.  À la surface de l’eau profonde et sombre, l’écume trace ses dessins éphémères dans notre mémoire.

 

BIOGRAPHIE : BARBARA SAFRAN DE NIVERVILLE

Les œuvres en médias mixtes et les bas-reliefs de Barbara Safran de Niverville explorent la tension entre la beauté, les forces naturelles et le discours écologique, au confluent de l’étendue sauvage et de la civilisation. Née à New York, Barbara habite dans la région de Moncton au Nouveau-Brunswick depuis 1979. Reconnue comme peintre du paysage, elle a obtenu un baccalauréat en arts visuels avec distinction de Mount Allison University en 1977.  En 2014, Barbara a  complété sa maîtrise en arts visuels au Lesley University College of Art and Design (auparavant Art Institute of Boston), Cambridge, MA. Parmi les honneurs, elle a reçu le Prix des Anciens Étudiants récompensant l’étudiant ayant accompli le plus de progrès au cours du programme de maîtrise, et a obtenu la Bourse Sheila Hugh MacKay pour la maîtrise en arts visuels. En juillet 2015, Barbara a participé à la résidence d’artistes SÍM à Reykjavik en Islande, où ses recherches ont porté sur l’interaction entre l’eau glaciale et l’activité géothermique.

 

DÉMARCHE ARTISIQUE

Les microcosmes naturels révèlent l’intervention humaine et montrent la tension entre la beauté et le déclin de l’environnement.

L’activité humaine, à la fois délibérée et involontaire, transforme la « nature » en combinaison hybride du fabriqué et de l’organique. De la même façon, mes dessins en médias mixtes et mes bas-reliefs intègrent des matériaux synthétiques et naturels.  Des éléments disparates juxtaposés apparaissent comme un tout unifié, grâce à l’harmonie créée par la notion japonaise du wabi.

Dans un habitat naturel ravagé par l’activité humaine, une plante invasive  prend racine.  Elle nous montre le déclin graduel d’un environnement.  La tige sèche d’un chardon devient une arabesque aux lignes délicates.  Un sac de plastique prend l’allure d’une étoffe soyeuse.

Les eaux profondes et mystérieuses révèlent un besoin primordial, accentuant le malaise alors que notre planète bleue se couvre de nuances foncées et polluées.  Leurs ondulations minuscules nous fascinent.  L’écume gracieuse trace ses dessins éphémères dans notre mémoire.

bande logo Arts visuels